Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval - CSN (STCPEML-CSN)
Ce matin, des membres de l’exécutif du STCPEML-CSN accompagnées du STTPEM-CSN et de membres des CPE ont participé à une action de visibilité.
Cette action de visibilité se faisait simultanément dans toutes les régions des CPE affiliées à la FSSS-CSN du Québec.
L’objectif de cette action était de dénoncer l’obligation qu’ont les travailleuses de puiser dans leurs différentes banques de congé prévues à la convention collective durant l’attente du résultat d’un test de dépistage de la COVID-19.
C’est inacceptable!
Les travailleuses n’ont pas à faire les frais d’une pandémie mondiale.
Ensemble, nous avons dénoncé le fait que le gouvernement refuse de payer les absences imposées par l’employeur.
Les travailleuses en CPE sont à bout. Non seulement elles ont de la broue dans le toupet, mais elles ont de la brume dans leur visière.
Tous nos canaux de communication ont été utilisés pour nous faire entendre.
Rien n’y fait!
C’est pour cette raison que, ce matin, nous avons manifesté notre mécontentement à la sortie du pont Jacques-Cartier.
Merci à nos voisines du Syndicat de la Montérégie-CSN d’avoir traversé le pont pour faire cette action de visibilité avec nous.
Ensemble, soyons visibles, ensemble soyons bruyantes.
Ensemble, soyons solidaires!
Carole Leroux, présidente du STCPEML-CSN